alise


alise

alise [ aliz ] n. f. VAR. alize
XIIe; probablt gaul. °alisia
Fruit de l'alisier, d'un goût légèrement acidulé. « Alise veuve de caresses » (Eluard). Eau-de-vie d'alises.

alise ou alize nom féminin (gaulois alisa, aulne) Fruit de l'alisier torminal.

⇒ALISE, subst. fém.
Fruit de l'alisier d'une saveur acidulée agréable :
1. La tristesse du temps et cette course à travers bois peu à peu lui serraient étrangement le cœur. On passa derrière une ferme de pierre rouge. Sur son four tombaient les alises d'un alisier poussé de biais dans le tertre.
H. POURRAT, Gaspard des montagnes, À la belle bergère, 1925, p. 254.
2. Pas un bruit, pas un oiseau. On ne vient jamais dans ces parages, et maintenant que les alises commencent de mûrir, les grives descendent des montagnes.
H. POURRAT, Gaspard des montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 183.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[ali:z]. 2. Forme graph. — Hésitation ds les dict. entre les graph. s et z. Ac. 1798, Ac. abr. 1832 : alize. Ac. 1878 réserve une vedette distincte à chacune de ces formes; Ac. t. 1 1932 : Alise.
Étymol. ET HIST. — 1. 1153 fém. bot. alie « fruit de l'alisier », empl. pour exprimer une valeur minimale (WACE, Vie de St-Nicholas, éd. Delius, 1258 ds T.-L. : Des or ne pris mes une alie Quant que cist mond ja me dorra); 1170 alye « id. » (Aimeri de Narbonne, Richel. 24369, f° 2 b ds GDF. : Le duel que faites ne vaut une alye). En a. et m. fr. seulement; encore répandu dans les dial. (cf. p. ex. JOUANC. t. 1 1880 : Alie, fruit de l'alisier, arbre de la famille des rosacées) voir E. ROLLAND, Flore pop., t. 5, pp. 123 sqq.; 2. 1174-1183 masc. agn. alis « id. » (JORDAN FANTOSME, Chronique, 1625, ap. MICHEL, D. de Norm., t. 3 ds GDF. [la date 1118 proposée pour ce texte par plusieurs dict. ne semble pas exacte] : Ne dute les Flamengs vaillant a un alis), forme isolée; ca 1200 fém. a. fr. alise « fruit de l'alisier » (RENAUT DE MONTAUBAN, Quatre fils Aimon, cité par O. Schultz-Gora ds Indogerm. Forsch., t. 33, 1914, Anzeiger, p. 44 selon R. Ling. rom., t. 52, p. 231, v. 15987 : a son col la leva issi comme une alise); 1180-1210 alise « arbre produisant les alises, alisier » (HERBERT le duc DE DAMMARTIN, Roman de Foulque de Candie, éd. Tarbé, 11 ds T.-L. : L'erbe vert point et la flors en l'alise). Au XVIIe s. apparaît la graphie alize (av. 1690, TALLEMANT DES RÉAUX, Historiettes, Monseigneur d'Orléans ds Dict. hist. Ac. fr.), qui subsiste, quoique moins usitée, jusqu'à nos jours.
1 et 2 représentent des survivances d'un gaul. « aulne » (cf. HOLDER, Alt-Celtischer Sprachschatz ds t. 3 : Nachträge zum I. Band p. 565), lui-même issu d'une lang. i.-e. 'paraceltique', le mot celt. pour « aulne » étant (Hubschmid ds Z. rom. Philol., t. 79, 1963, p. 360). Al- initial, qui se trouve aussi dans lat. alnus « aulne », remonterait à un rad. i.-e. el- « rouge, brun » servant à former des noms d'animaux et d'arbres (IEW, p. 302); à ce rad. se rattache aussi l'a. h. all. , par métathèse, d'où l'all. mod. Erle « aulne » (KLUGE 1967); 1 remonterait d'apr. Hubschmid, op. cit., p. 361, à un gaul. alika, ce dernier étant aussi à la base du toulousain aligo « alisier » et du nom de fleuve Alie, autre nom de l'Alise, affluent de la Meuse, Belgique; d'apr. EWFS2 à un gaul. ali(s)ia, apr. la chute de l' -s- (voir J. U. Hubschmied ds Vox rom., t. 3, 1938, p. 108); 2 remonte à un dér. gaul. alisia, ce dernier à la base du nom gaul. Alisija, HOLDER, op. cit., t. 1, p. 90 (voir aussi G. DOTTIN, La Lang. Gaul., p. 225) qui est à l'origine du topon. Alise-Sainte-Reine, Côte d'Or. Les noms de cette famille désignent tantôt l'arbre : l'aulne ou d'ailleurs l'alisier, tantôt le fruit; en a. fr., supra; selon FRINGS, Etymologica Wartburg, 1958, p. 258, note 25, Vissmann remarque qu'en basque on désigne du même mot « aulne » et « alise »; Frings ajoute qu'en a. h. all. les deux sens étaient déjà mêlés.
L'étymon. germ. aliza (FEW t. 1, DAUZAT 1969) fait difficulté d'une part parce qu'il ne peut rendre compte de la forme a. fr. alie (Jud ds Arch. St. n. Spr., t. 121, 1908, p. 92 rejette le got. alisa), d'autre part parce que la forme régulièrement issue d'un germ. aliza aurait dû être ause (Hubschmid, op. cit., p. 361, note 26 et FRINGS, op. cit., p. 257, pour lequel de plus, note 25, p. 259, le fait que les différents termes elsenbaum « alisier », else « alise » etc. sont limités au sud de l'aire allemande, prouve que le mot n'est pas autochtone dans les lang. germ.). Le germ. - ou aliza a été empr. très tôt sans doute au gaul. (Hubschmid, op. cit., p. 360).
Autre hyp. Selon Hubschmid ds Z. rom. Philol., t. 66, 1950, p. 57, l'esp. aliso « alisier, aulne » et le fr. alisier sont à rattacher, ainsi que le gaul. (à la base du gasc. aligo « alisier »), le basque altz, altza, alza « alisier, aulne », le corse alzu « ontano », le calabrais áuzu, áuzinu « ontano » au vocab. de lat. région. d'orig. i.-e.
STAT. — Fréq. abs. litt. :4.
BBG. — Ac. Gastr. 1962. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — Canada 1930. — FÉR. 1768. — GAY t. 1 1967 [1887]. — Lar. mén. 1926. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MONT. 1967. — PLAIS.-CAILL. 1958.

alise ou alize [aliz] n. f.
ÉTYM. V. 1200; alie, 1153; probablt gaulois alisia ou d'une autre langue préromane (F. e. w.) ou alika, plutôt que du germanique aliza, qui doit être un empr. anc. au gaulois; P. Guiraud y voit l'anc. adj. lis, alis « lisse, poli », du lat. lixare.
Fruit de l'alisier, d'un goût légèrement acidulé. || Eau-de-vie d'alises. || « Alise veuve de caresses (…) » (Éluard, Blason des fleurs et des fruits, Œ. compl., t. I, Pl., p. 1085).
tableau Noms de fruits.
DÉR. Alisier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alise — Alise, so v.w. Alice …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Alise — Infobox Album Name = Alise Type = Album Artist = Dzeltenie Pastnieki Released = 1984 Recorded = December 1983 June 1984 ( Oktobris , Pie Lielās Omas ) Genre = Synthpop, New Wave, Post punk Length = 44:56 Label = Ingus Baušķenieka ieraksti… …   Wikipedia

  • alise — (a li z ) s. f. Fruit de l alisier. L alise est un peu astringente. REMARQUE    Les botanistes écrivent alise ; l Académie écrit alize. HISTORIQUE    XIIe s. •   Il ne valt pas la moitié d une alie, Ronc. p. 174. •   Je te deffen toute ma… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Alise — L alise est un fruit rouge de l alisier qui a une saveur acidulée. On cultive plusieurs espèces d alisiers : Alisier blanc Alisier de Fontainebleau, etc. Portail de l’agriculture et l’agronomie Catégorie : Fruit alimentaire …   Wikipédia en Français

  • Alise — Provenance. Prénom issu d Alésia Fêté avec sainte Reine. Se fête le 7 septembre. Histoire. A Alésia, en Bourgogne, future Alise Sainte Reine, Reine consacre sa vie à Dieu dans le cadre d une petite comunauté chrétienne installée dans cette ville… …   Dictionnaire des prénoms français, arabes et bretons

  • alise — actualise alise animalise avalise balise banalise brutalise canalise capitalise centralise chaptalise coalise commercialise constitutionnalise contractualise correctionnalise décapitalise décentralise dématérialise déminéralise démoralise… …   Dictionnaire des rimes

  • ALISE — n. f. Fruit de l’alisier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Alise — nf grande ornière, bourbier Normandie …   Glossaire des noms topographiques en France

  • alisé — actualisé avalisé balisé banalisé brutalisé canalisé capitalisé centralisé coalisé commercialisé communalisé contractualisé criminalisé décapitalisé décentralisé dématérialisé démoralisé dénationalisé dépersonnalisé déréalisé dévalisé focalisé… …   Dictionnaire des rimes

  • alise — …   Useful english dictionary